id L'austérité: quelques idées rapides sur l'austérité. Qu'est-ce que l'austérité? Puis-je faire de mon argent ce je veux?
austeridad(esp)
L'AUSTÉRITÉ

1. Qu'est-ce que l'austérité? L’austérité est la vertu qui modère les dépenses. Elle est très liée à la tempérance et à la pauvreté.

2. En quoi l’austérité diffère-t-elle de la pauvreté? La vertu de la pauvreté ou de détachement modère l’aspiration excessive aux biens matériels, indépendamment de ce que la dépense soit excessive ou non. L'austérité évite le gaspillage, en prenant soin que les dépenses soient raisonnables.

3. Un exemple? Dans le cas d’un achat de voiture, la pauvreté invite à considérer si le véhicule est nécessaire, et veille à ce que le cœur ne soit pas attaché au caprice d'une voiture. Par contre, l’austérité prend soin de ne pas acheter un modèle excessivement luxueux et évite des dépenses non nécessaires dans les voyages. Comme on le voit, les deux vertus sont très semblables et les utiliser comme synonymes importe peu.

4. Ne puis-je pas faire de mon argent ce que je veux? Tu peux faire avec ton argent beaucoup de choses, mais pas n'importe quelle chose. Tu peux l'employer pour des besoins raisonnables, et même pour des caprices modérés. Mais le gaspillage s'oppose à la justice et à la solidarité envers les autres êtres humains.

5. Est-il mauvais d’avoir de l'argent? Avoir de l'argent est une bonne chose, car il permet de faire de bonnes œuvres. Ce qui est mauvais c’est le désir excessif de la possession des biens ou de l’argent (vertu de la pauvreté); il faut aussi éviter le gaspillage (austérité).
L'argent comporte l'obligation de bien l’utiliser.

6. Un exemple d'austérité? Un exemple de pratique de l’austérité est de veiller à ce que les choses durent longtemps. Les soigner, tâcher de les maintenir en bon état. C'est un signe que l’on emploie bien l’argent et que l’on n’est pas indifférent à ce que quelque chose se casse ou se détériore.

7. L’austérité équivaut-elle à l’avarice? L'austérité tâche à ce que les dépenses soient raisonnables. Le gaspillage et l’avarice sont des excès par rapport à ce qui est raisonnable.

8. Une référence? Le catéchisme de l'Église catholique traite de ces sujets principalement aux n.2402 et 2404. Voyons quelques textes:
"Les biens de la création sont destinés à tout le genre humain (...). L'appropriation des biens doit permettre que se manifeste une solidarité naturelle entre les hommes" (2402).
"L'homme, dans l’usage qu’il en fait, ne doit jamais tenir les choses qu’il possède comme n’appartenant qu’à lui, mais les regarder aussi comme communes: en ce sens qu’elles puissent profiter non seulement à lui, mais aux autres. La propriété d'un bien fait de son détenteur un administrateur de la Providence pour le faire fructifier et en communiquer les bienfaits à autrui" (2404).

id

Publicité:
(Google choisit les annonces. Vous pouvez les visiter ou peut-être continuer dans ideesrapides.org)