id La Bible: idées rapides sur la Bible. Qu’est-ce que la Bible? Vision juive, protestante et catholique. Interprétation de la Bible. Relation avec le Tradition et le Magistère. Inspiration divine de la Bible. Usage de la Bible.
bible(en) bíblia(por) bibbia(it) biblia(esp)
LA BIBLE
  • A. Qu’est-ce que la Bible? Approches judéo-chrétiennes.
  • B. Interprétation biblique.
  • C. Inspiration divine de la Bible.
  • D. Usage de la Bible.
A. QU’EST-CE QUE LA BIBLE?

1. Qu’est-ce que la Bible? On appelle Bible l’ensemble de textes inspirés par Dieu pour conduire les hommes au ciel. Les livres antérieurs à Jésus-Christ forment ce qu’on appelle l’ancien testament. Les autres livres sont le nouveau testament. L’inspiration divine de la Bible est acceptée par les traditions judéo-chrétiennes.

2. Que disent les juifs au sujet de la Bible? Les juifs acceptent seulement les livres de l’ancien testament comme inspirés par Dieu. Ils les comprennent souvent de façon assez littérale et de manière rigoureuse dans des applications détaillées.

3. Que disent les protestants au sujet de la Bible? Dans la théorie protestante prédominent toujours les devises «sola scriptura» et «libre examen» qui rejettent la Tradition et le Magistère de l’Église, pour affirmer que chacun interprète la Bible à sa manière. C’est pourquoi de nombreuses divisions ont surgi du protestantisme. Toutefois, dans la pratique, les protestants interprètent la Bible selon la tradition de leur branche religieuse, et selon les explications de leurs dirigeants. C’est logique qu’il en soit ainsi.

4. Que disent les orthodoxes au sujet de la Bible? En général, les orthodoxes coïncident avec les catholiques dans leur vision de la Bible.

5. Que disent les catholiques au sujet de la Bible? Les catholiques acceptent aussi que la Bible est inspirée de Dieu. En ce qui concerne l’interprétation biblique, les catholiques suivent la Tradition et le Magistère du Pape.

B. INTERPRÉTATION DE LA BIBLE

1. La Bible a-t-elle besoin d’interprétation? N’importe quelle personne en lisant un livre le comprend d’une manière qui peut être différente de la façon dont le comprend un autre lecteur. Cela est également valable pour la lecture de la Bible. Cependant, il peut arriver qu’une lecture obtienne des conclusions opposées à ce que Dieu veut nous dire. C’est pourquoi il convient que, en plus des opinions personnelles, il existe une interprétation authentique qui garantisse la fidélité au désir divin. Parmi les catholiques, cette tâche est réalisée par le Magistère du Pape, conformément à la Tradition.

2. Pourquoi les catholiques ont-ils cette interprétation authentique? Parce que Jésus a préféré cette manière d’agir; et ainsi le relate la Bible elle-même:

  • Jésus-Christ a choisi Pierre comme tête et pasteur de son Église et lui a dit: «tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.» (Mt 16, 19). (Sans références à la Bible).
  • Jésus confirme et améliore l’ancien testament. Cependant, dans ses indications aux Apôtres il ne parle jamais de suivre la Bible mais de le prêcher Lui, ses enseignements.
  • Jésus a dit aux Apôtres: «Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé.» (tout ce que je vous ai commandé oralement, puisque c’est ainsi que Jésus a enseigné).
  • Jésus-Christ ne voulut laisser aucun texte écrit mais il préféra choisir les Apôtres comme transmetteurs de sa doctrine, avec l’aide de l’Esprit-Saint. Les enseignements sont plus importants ou égaux à ceux contenus dans l’ancien testament. Et le Seigneur a préféré les transmettre oralement, donnant ainsi une importance décisive à la Tradition et au Magistère de l’Église. Jésus n’a pas voulu écrire et a préféré nous confier à Pierre.
3. N’est-il pas bizarre que les hommes interprètent la parole de Dieu? Ce n’est pas bizarre si ces hommes ont reçu le mandat divin d’agir ainsi, en enseignant à tout le monde. De plus, le Pape et les évêques maintiennent –logiquement– un respect très délicat envers les textes bibliques, en étudiant bien leur contenu, et lorsqu’ils donnent une interprétation, ils agissent sous la conduite de l’Esprit Saint et de Jésus-Christ lui-même qui prend soin de son Église. «Et moi, je suis avec vous toujours jusqu’à la fin du monde» (Mt 28, 19-20).

4. N’est-il pas mieux que chacun interprète la Bible à sa manière? Cela n’est pas convenable car, très facilement, chacun peut comprendre selon son opinion en prenant un texte ici ou là, sans tenir compte des autres textes bibliques et autres enseignements de Jésus-Christ. Chacun inventerait sa propre religion dans laquelle il serait celui qui dicte les normes. Et une religion inventée par soi-même est indubitablement fausse.

5. Pourquoi Dieu a-t-il préféré agir ainsi? Le Seigneur a voulu unir la Bible à la Tradition et au Magistère, en cherchant le bien de l’homme:

  • L’orgueil et l’autosuffisance font beaucoup de mal à l’homme. Ce fut le péché du diable qui voulut être indépendant de Dieu. Nous, nous ne sommes pas des dieux mais des créatures, et l’autonomie face à Dieu nous détruit. C’est pourquoi le Seigneur prévient l’orgueil et que ce ne soit pas chacun qui conçoive soi-même la Bible.
  • Dieu a créé l’homme comme un être social: «Il n’est pas bon que l’homme soit seul» (Gn 2, 18). L’homme ne se sauve pas non plus lui-même, mais il convient à la nature humaine d’avancer vers Dieu avec la collaboration des autres hommes. D’autres hommes le baptisent et le confessent. D’autres hommes l’aident à comprendre la Bible.
6. Quelque exemple d’interprétation biblique? Dans l’ancien testament on prescrit certaines normes limitées à une époque ou situation concrète. Dans le nouveau testament on en corrige certaines. D’autres ont été modifiées postérieurement. Avec cela, on n’agit pas contre la Bible mais en faveur de son interprétation adéquate, qui cherche à réaliser ce que Dieu désire, en distingue ce que l’on doit toujours faire de ce qui était seulement des normes circonstancielles et transitoires.

7. Un exemple? Dans l’ancien testament il était ordonné de: lapider les femmes adultères, ne pas manger le viande de porc, sacrifier deux agneaux par jour, réaliser la circoncision (cela était très important), etc. Dans le nouveau testament, on lit comment Dieu pousse à modifier certaines choses, surtout le très grand changement de supprimer la circoncision. Les apôtres réunis avec Pierre ont décrété: «Il a paru bon au Saint-Esprit et à nous de ne vous imposer aucun autre fardeau que ces choses nécessaires: vous abstenir des viandes offertes aux idoles, du sang, des viandes étouffées et de la fornication. En vous gardant de ces choses, vous ferez bien» (Act 15, 28-29). Ce texte biblique montre comment le Seigneur guide les apôtres. Ici, il y a une opposition apparente entre l’ancien et le nouveau testament, mais c’est Dieu qui continue à guider son peuple. Avant à travers Moïse, ensuite à travers Pierre et maintenant à travers Pierre. C’est le style divin d’agir.

8. L’Église catholique interdit-elle la réflexion sur la Bible? Non, non. La lecture et la méditation de la Bible sont très recommandées dans l’Église catholique, chaque fois qu’on la lit avec le désir de prier, d’apprendre et de s’approcher de Dieu. Il est surtout très conseillé de lire les évangiles.

C. L’INSPIRATION DIVINE DE LA BIBLE

1. Que signifie l’inspiration divine de la Bible? L’inspiration divine de la Bible signifie que Dieu lui-même est l’auteur de ces livres, même s’Il a utilisé un instrument humain pour les écrire. L’auteur humain écrit avec son style mais sous l’inspiration divine, de manière que ce qui est écrit est réellement parole de Dieu.

2. Comment sait-on que la Bible est inspirée par Dieu? On connaît ces inspirations par deux motifs principaux:

  • Le Seigneur, en dirigeant les hommes, ajoute à leurs paroles des faits prodigieux – miracles – qui témoignent que ces phrases émanent de Dieu.
  • La Tradition et le Magistère transmettent ces textes comme authentiques, en les différenciant des autres livres.
3. Quel miracle y a-t-il eu? Dans l’ancien testament, on raconte de nombreux miracles, surtout au sujet de Moïse. Dans le nouveau testament, les miracles de Jésus-Christ sont très connus et abondants. On y trouve également des faits prodigieux des Apôtres. Actuellement, les miracles continuent de se produire de temps en temps.

D. USAGE DE LA BIBLE

1. Comment utilise-t-on la Bible? Les théologiens emploient les saintes écritures pour leurs études. Les catholiques utilisent la Bible pour apprendre et prier, pas pour résoudre des questions. Pour donner solution aux doutes, nous disposons du catéchisme.

2. Pas pour résoudre des questions? Les protestants et les juifs se demandent: «Où est-ce que la Bible le dit?», et comme si tous étaient des grands théologiens, ils se mettent à analyser les écritures, avec des résultats pas toujours justes puisque tous ne sont pas experts de la Bible. Les catholiques, au moment de résoudre des problèmes, nous nous demandons plutôt: « Que dit le Catéchisme à ce sujet? » Et nous obtenons de grands avantages: le catéchisme est plus clair, il réunit des enseignements plus développés, il a une certitude égale à celle de la Bible. Pour résoudre des questions, la Bible réclame des études et une interprétation préservées de tout amateurisme. C’est une merveille pour la prière.

3. Des erreurs? Il y a des façons de raisonner au sujet de la Bible qui conduisent à des erreurs. On a l’habitude de partager la prétention d’user de la Bible comme procédé pour résoudre des doutes, tout en omettant la Tradition et le Magistère. Voyons quelques arguments erronés:

  • «Jésus n’a jamais dit ça».- Cette phrase conduit à diverses erreurs, parce que tout ce que le Seigneur a dit n’apparaît pas dans la Bible, et il y a des choses que nous devons accomplir même si Jésus ne les a pas mentionnées. Par exemple, Jésus n’a jamais parlé de l’avortement, des drogues, du terrorisme, des armes de destruction massive, de l’usage de contraceptifs, etc.
    En revanche, le Seigneur a parlé du primat de Pierre et de la mission des apôtres. Jésus n’a pas voulu tout dire, mais il nous a laissés au Pape comme maître et guide, pour qu’il nous enseigne et nous conduise vers Lui.
  • «Cela n’est pas dans la Bible».- Une autre phrase qui conduit à des erreurs du même genre, puisque tout ne se trouve pas dans la Bible. Nous les chrétiens, nous ne suivons pas la Bible mais Jésus-Christ, guidés par le Pape.
  • «Regarde ce que dit la Bible».- Une autre manière de penser où on use de nouveau de la Bible pour résoudre des questions, sans être des experts. Si l’on s’en tient seulement à la Bible, on peut décider que les femmes adultères doivent être lapidées, que la polygamie est permise, et que l’on doit circoncire les membres de sa famille, y compris les animaux... Laissons les experts analyser les Écritures et nous, profitons de leur pieuse lecture. Pour résoudre les questions, utilisons le catéchisme -et nous le verrons remplis de citations bibliques bien choisies-.
id

Publicité:
(Google choisit les annonces. Vous pouvez les visiter ou peut-être continuer dans ideesrapides.org)