id L'homosexualité: quelques idées rapides sur l'homosexualité. Quand y a-t-il homosexualité et quand il n'y en a pas? Comment acquiert-on et comment surmonte-t-on l'homosexualité?
L'HOMOSEXUALITÉ
  • A. L'homosexualité en général.
  • B. Homosexualité et maladie.
  • C. Questions fréquentes.
A. L'HOMOSEXUALITÉ EN GÉNÉRAL

1. Qu'est-ce qui est l'homosexualité? Une homosexualité est inclination sexuelle vers des personnes du même sexe c'est-à-dire entre hommes ou entre femmes. En parlant ici d'homosexualité nous engloberons les deux cas, en évitant de parler de gays et de lesbiennes à cause de la nuance péjorative de ces deux termes.

2. Ceux qui ne sont pas homosexuels? L'homosexualité est une situation délicate qu'il sied bien éclaircir pour ne pas commettre des tristes erreurs, puisque n'importe quelle inclination sexuelle vers le même sexe n'est pas signe d'homosexualité. Quelques exemples de personnes qui ne sont pas homosexuelles:

  • Les personnes avec une plus grande sensibilité envers la beauté. Elles trouvent la beauté dans les deux sexes et cela les attire. Découvrir la beauté dans le même sexe ne signifie pas homosexualité, puisque cette beauté existe réellement, et il est normal qu'elle attire.
  • Les personnes avec une plus grande sensibilité vers les marques d'affection, d'où qu'elles viennent. Cela ne signifie pas non plus homosexualité.
  • Des personnes qui ont pensé ou réalisé des actions de type homosexuel mais exceptionnellement. Quelques faits isolés ne donnent pas lieu à une ferme qualification.
  • Des adolescents avec des faiblesses dans leur processus de maturité. Ils ont l'habitude de se corriger facilement, à moins que la désorientation soit encouragée.
  • Des personnes qui n'ont pas exercé la vertu de la chasteté mais qui sont dominées par le désir de plaisirs sexuels, et elles les cherchent de toute part. La race, l'âge, le sexe leur est égal. Il n'y a pas homosexualité, mais obsession pour le sexe.
3. Comment l'homosexualité est-elle acquise? Chez quelques personnes, cette tendance est observée depuis l'enfance. Dans la majorité des cas, c'est une inclination acquise. Le processus n'est pas toujours le même, mais il peut être schématisé de la manière suivante:
  • Une enfance traumatisante, une atmosphère bizarre, une pression psychologique ..., provoquent une inclination affective erronée.
  • Cette inclination affective ne se domine pas mais elle permet de recourir à des actions sexuelles désordonnées.
  • Les plaisirs sexuels obtenus raffermissent l'inclination par le désir de recommencer pour les atteindre.
4. Comment l'homosexualité se surmonte-t-elle? L'homosexualité peut être corrigée bien que cela ne soit pas facile et rapide puisque les désordres sexuels créent une addiction. Parfois il sera nécessaire de voir un psychiatre de confiance. En général, on peut recommander ce qui suit:
  • aîtriser les désirs sexuels en évitant de les répéter dans la réalité et dans la pensée, afin d'oublier l'addiction au sexe. (Ce sera plus ou moins coûteux selon le degré d'incidence; cet effort intense fait partie du prix à payer pour surmonter le problème).
  • S'il n'y a pas eu des désordres sexuels, il s'agit de surpasser seulement l'inclination affective en corrigeant des sentiments. Il faudra de la constance et de la patience, jusqu'à ce que les problèmes tombent dans l'oubli.
  • S'il y a simplement une plus grande sensibilité affective ou envers la beauté, il ne s'agit pas d'homosexualité mais il conviendra d'être prudent, de s'exercer dans la maîtrise de soi et de bien orienter les sentiments.
  • Dans n'importe quel cas, les tendances homosexuelles se dépassent mieux avec le travail abondant (pour avoir la tête occupée), et avec le service envers les autres (en tirant le coeur de l'égoïsme et de la solitude). Les sentiments d'auto compassion sont contre-productifs.
  • Il conviendra également de promouvoir la vie spirituelle, pour obtenir un plus grand équilibre et pour demander l'aide divine.
B. HOMOSEXUALITÉ ET MALADIE

1. Une maladie est-elle quelque chose de déshonorant? Non, non. Tous les hommes sont malades à un moment de leur vie. La maladie n'est pas désirable, mais elle est inséparable de la condition humaine. Un malade n'est pas un être indigne, mais un être humain qu'on doit soigner davantage puisqu'il est dans une situation délicate.

2. Un homme défectueux est-il détestable? Non, non. Tous les hommes ont quelques défauts. Une race humaine parfaite n'existe pas. Les défauts sont les défauts et par conséquent préjudiciables, mais les êtres humains continuent d'être humains bien qu'ils aient des défauts. On ne doit détester personne.

3. Est-il indifférent d'utiliser le sexe d'une manière ou d'une autre? Peut-être est-ce le noyau du problème. Il y a deux possibilités:

  • Si dans le sexe tout est bon, et il n'y a aucune limitation, dès lors, n'importe quel usage sexuel serait correct: les pratiques homosexuelles, l'adultère, la fornication, les rapports sexuels avec des mineurs, etc. Selon cette façon de poser le problème, un usage intelligent du sexe serait la prostitution, puisqu'il aurait l'avantage de procurer de l'argent.
  • L'autre possibilité est de considérer que le sexe a ses propres normes, et il ne peut pas s'employer n'importe comment, ni avec n'importe qui. L'on arrive ainsi à la conclusion plus conforme à la nature humaine: chaque mari se doit user de la sexualité seulement avec sa femme, une sexualité ouverte à la vie.

4. L'homosexualité est-elle une tendance sexuelle comme n'importe quelle autre Les tendances ne se distinguent pas par le fait d'être des tendances mais par ce à quoi elles inclinent. Et elles seront bonnes ou défectueuses selon ce qu'elles essaient d'atteindre. Par exemple, il y a des tendances à l'obésité, au vol, à la musique, à la colère, à la sérénité, à la femme du voisin, au suicide, etc. Les unes sont bonnes et les autres, il convient de les dominer.

5. L'homosexualité est-elle une bonne tendance? Ici il y a deux réponses possibles.

  • Ceux qui pensent que le sexe peut s'employer de n'importe quelle façon considèrent les pratiques homosexuelles comme correctes.
  • Ceux qui acceptent que le sexe ait ses propres normes considèrent comme la règle la plus fondamentale que l'on doit seulement en faire usage entre un homme et une femme. Et c'est pourquoi, l'homosexualité est une tendance qui doit se corriger ou se maîtriser. C'est évidemment la position raisonnable.
6. L'homosexualité est-elle une maladie? Il y a aussi ici deux réponses possibles.
  • Ceux qui pensent que le sexe peut être utilisé n'importe comment considèrent l'homosexualité comme un mode de plus, et ils ne désirent pas se soigner, ni l'appeler maladie.
  • Ceux qui voient que l'homosexualité est une tendance anormale la comparent aux inclinations au vol, à l'alcool, au jeu... Et c'est pourquoi ils la considèrent comme un vice, un défaut, ou une maladie comme la ludopathie ou l'alcoolisme.
7. Quelle est la meilleure manière de considérer l'homosexualité? Voyons trois possibilités:
  • La considérer comme une maladie a l'avantage que l'on peut chercher la manière de se soigner. Et de fait, il y a des psychiatres qui obtiennent de bons résultats.
  • La considérer comme un défaut ou une anomalie a l'avantage qu'on essaiera de la corriger, et on évitera de la pratiquer.
  • La considérer comme une bonne chose n'arrange pas le problème.
C. DES QUESTIONS FRÉQUENTES

1. L'homosexualité et l'alcoolisme sont-ils comparables? Une personne de l'Espagne propose cette comparaison, qui est seulement valable dans quelques aspects:

  • Tant les alcooliques que les homosexuels sont êtres humains et méritent le respect qui leur revienne. Cela ne signifie pas que les cuites et les relations homosexuelles soient correctes. Il doit y avoir une compréhension envers les personnes, mais toutes les actions humaines ne sont pas bonnes.
  • L'alcoolisme et l'homosexualité sont tendances qui doivent être maîtrisées.
  • Dans les deux cas, si quelqu'un se laisse conduire par son inclination, il lui est plus difficile de se contrôler en d'autres occasions.
2. L'homosexualité est-elle une tendance naturelle? Cela dépend de ce que l'on entend par naturel:
  • Si naturel s'identifie à spontanéité, alors l'homosexualité peut être dite naturelle, et on peut affirmer la même chose du vol ou du meurtre quand ils sont commis en tant que conséquence de se laisser aller à une tendance. Dans ce sens il faudrait dire que tout ce qui est naturel - spontané - n'est pas correct. Pour éviter des confusions, il est préférable dans ces cas de parler de spontanéité, en réservant le terme naturel pour ce qui suit.
  • Si naturel signifie quelque chose de propre de la nature humaine, alors l'homosexualité n'est pas une inclination naturelle, mais un défaut par rapport à ce qui est naturel. Le naturel dans la sexualité humaine consiste en ce qu'un homme se marie avec sa femme et ait des enfants. Si des enfants ne naissent pas, quelque chose manque; si l'on se marie à plusieurs femmes, quelque chose ne va pas bien; etc.
3. L'homosexualité est-elle un défaut? L'homosexualité est une inclination opposée à ce qui est naturel dans la sexualité humaine, et c'est pourquoi elle est défectueuse. N'importe quelle personne possède plusieurs qualités et plusieurs défauts, de sorte qu'avoir des défauts est normal; mais les défauts sont des défauts, pas des talents.

4. Et l'orgueil gay? N'importe quel orgueil est dangereux, préjudiciable. Se vanter d'un problème ne résout pas le problème mais empêche la recherche des solutions. Dans ce cas, l'orgueil les invite à se raffermir dans des actes qui détruisent leurs vies.

5. Cet orgueil ne sera-t-il pas une manière d'améliorer l'estime de soi? Ils le font probablement pour cela, puisque l'homosexualité est souvent accompagnée d'une faible estime de soi. Mais l'estime de soi ne va pas mieux avec le fait de se mentir à soi-même, mais avec l'acceptation de la vérité et l'effort pour se corriger. La fermeté et la constance dans la maîtrise de soi génèrent une authentique satisfaction.

6. On dit que l'homosexualité est un défaut. Depuis la Colombie, on interroge: Cela est-il de la haine et de la discrimination?. Non, ce n'est pas cela. Dire qu'une personne a des défauts ne peut jamais être discriminatoire, puisque tous les êtres humains en ont.

7. Que dit l'Église catholique au sujet de l'homosexualité? L'Église distingue entre personnes et actions. Elle recommande la compréhension envers les personnes, et en même temps elle prévient que les actes homosexuels sont gravement immoraux. La même attitude est observée dans l'Église envers d'autres comportements incorrects de type sexuel ou de n'importe quelle sorte: une compréhension envers les personnes et une clarté ferme envers les erreurs, puisque ce n'est pas la même chose de faire le mal que de faire le bien.

8. Où peut-on soigner l'homosexualité? Il y a beaucoup de psychologues et psychiatres qui offrent ce service. Mettons quelques liens qui offrent une vue panoramique de guérison:

id

Publicité:
(Google choisit les annonces. Vous pouvez les visiter ou peut-être continuer dans ideesrapides.org)