id La mort: quelques idées rapides sur la mort. Qu'est-ce qui arrive au moment de la mort et après la mort? Tristesse et réalisme devant la mort. Peut-on prévenir la mort?
morte(it) muerte(esp)
LA MORT
  • A. Qu'est-ce qui arrive au moment de la mort et après la mort?
  • B. Tristesse et réalisme devant la mort.
  • C. Peut-on prévenir la mort?
A. QU'EST-CE QUI ARRIVE AU MOMENT DE LA MORT ET APRÈS LA MORT?

1. Pourquoi mourons-nous? L'âme est spirituelle et ne peut pas mourir; mais nous mourons parce qu'en plus d'être spirituels, nous sommes matériels; et ce qui est matériel est divisé, corruptible. Au commencement, Dieu a accordé à Adam et Ève le don de l'immortalité corporelle, mais ils l'ont perdu à cause du péché originel. Depuis lors, tous les hommes meurent.

2. Qu'est-ce qui arrive au moment de la mort? La mort consiste en la séparation de l'âme et du corps. Elle a lieu quand le corps se détériore tant et si bien que l'âme est incapable de le maintenir en vie. Alors se produit la rupture. Le corps sans âme devient un cadavre. En revanche, l'âme se dirige vers sa destinée.

3. Qu'est-ce qui arrive à l'âme après la mort? On peut mieux répondre à cette question grâce à l'aide de la foi, en acceptant ce que Jésus-Christ nous a appris. Immédiatement donc, après la mort, a lieu le jugement dénommé particulier au cours duquel Dieu notre Seigneur juge chaque personne. La sentence de ce jugement est triple:

  • Vont au ciel ceux qui meurent en état de grâce de Dieu, où ils jouissent du bonheur maximal sans mélange d'aucun malheur, et pour toujours.
  • Vont en enfer ceux qui meurent dans un état de péché mortel dans lequel ils subissent des peines éternelles.
  • Vont au purgatoire ceux qui meurent en grâce de Dieu mais avec l'âme moins brillante que ce qui est nécessaire pour aller au ciel. Au purgatoire, il y a des grandes souffrances mais aussi l'espérance; puisqu'on sait que, après la purification, on verra Dieu.
4. Sans l'aide de la foi, peut-on savoir s'il y a quelque chose après la mort? On peut savoir que l'âme est spirituelle (puisque nous réalisons des opérations spirituelles comme comprendre ce site web). En étant spirituelle, elle est immortelle (puisque seuls les êtres matériels peuvent être divisés ou pourrir). Et comme l'âme ne meurt pas, on sait qu'il y a une autre vie après la mort.

5. Sans l'aide de la foi, sait-on s'il y a des récompenses et des châtiments après la mort? Dans cette vie, celui qui agit mal triomphe souvent, alors que les personnes saintes souffrent parfois beaucoup. Cela est opposé à la justice divine... Comme Dieu est juste, et puisque dans cette vie les choses semblent ainsi; le Seigneur doit récompenser dans l'autre vie ceux qui ont fait le bien.

B. TRISTESSE ET RÉALISME FACE A LA MORT

1. Pourquoi la mort nous préoccupe-t-elle? Il est normal que la mort nous attriste puisque nous désirons conserver la vie. Cependant, la mort préoccupe moins ceux qui savent qu'il y a une autre vie par la suite. Si on pense à ce qu'on laisse, la tristesse surgit; si l'on pense à la vie qui nous attend, l'accablement diminue.

2. Que faire pour que la mort nous préoccupe moins? Pour diminuer la tristesse face à la mort, il est recommandé de bien mener la vie chrétienne: se confesser souvent, prier... Si la proximité et la confiance en Dieu grandissent, les craintes diminuent. Un autre conseil est de rappeler la filiation divine car: que craindrait un fils de Dieu, un fils de Marie?

3. Est-il mauvais de penser à la mort? Ce n'est ni mauvais ne pessimiste. C'est un sain réalisme. Parfois, penser à la mort donne la paix puisque les difficultés de la vie ne durent pas toujours. À la fin de la bataille, nous attend le bonheur de la vie éternelle près de Dieu.

4. Un sain réalisme? Nous allons mourir. En toute certitude. C'est une réalité que personne ne met en doute. Personne n'en discute. Elle est totalement sûre. Et elle affecte beaucoup la vie humaine, de sorte que la sagesse invite à envisager la vie en tenant compte de la réalité indubitable de la mort.

5. Dans ce cas, comment la vie est-elle envisagée? La certitude de la mort apporte un réalisme à la vie dans plusieurs domaines:

  • Profit du temps: le temps que nous disposons pour faire le bien est limité.
  • Valeur relative des biens matériels: ils sont utiles s'ils permettent de réaliser les bonnes œuvres qui conduisent au bonheur éternel.
  • Le corps possède une grande dignité et doit être protégé mais, à la fin, il meurt et pourrit, tandis que l'âme demeure. C'est pourquoi, il convient de donner une plus grande importance au soin de l'âme; sa propre et celle des autres.
  • Après la mort, le jugement de Dieu arrive et il convient de vivre disposé à être jugé, en maintenant le désir de gagner le ciel avec les œuvres.
C. PEUT-ON PRÉVENIR LA MORT?

1. Peut-on prévenir la mort? Bien que la mort surgisse à l'improviste, il est possible de se préparer de sorte que, quelque soit le moment de la mort, le résultat soit d'aller au ciel. C'est pourquoi: il est important de vivre en grâce de Dieu, avec l'âme purifiée de péchés mortels, en se confessant quand ce sera nécessaire. Si l'on désire éviter aussi le purgatoire, il sera utile de réparer pour les péchés commis; en faisant des sacrifices et des bonnes œuvres. En résumé, la meilleure préparation à la mort est de mener une vie sainte. Un autre bon recours est le scapulaire.

2. Et si la mort est déjà proche? Quand la mort est proche, il convient de se disposer pour la rencontre avec Dieu. Plusieurs choses sont recommandées:

  • Recevoir quelques sacrements; dans cet ordre: la Confession (surtout s'il y a péchés mortels), l'onction des malades (qui est précisément utile en ce moment), et la Communion.
  • Augmenter la prière et le désir du ciel; Favoriser la pitié, par exemple, en embrassant un crucifix.
  • Renouveler l'intention de gagner des indulgences. Il est spécialement intéressant de gagner l'indulgence plénière que l'Église accorde au moment de la mort afin d'aller au ciel sans passer par le purgatoire.
3. Comment obtient-on cette indulgence? Pour gagner une indulgence plénière au moment de la mort, il suffit d'être en grâce de Dieu, de repousser n'importe quel péché et de désirer obtenir cette indulgence. Il est également nécessaire d'avoir prié quelque fois, mais cette dernière condition semble si facile qu'il coûte de l'appeler condition préalable.
id

Publicité:
(Google choisit les annonces. Vous pouvez les visiter ou peut-être continuer dans ideesrapides.org)