id L'obéissance: quelques idées rapides sur l'obéissance. Pourquoi obéir? Types d'obéissance. Obéissance à l'autorité. Obéissance au Dieu.
obediencia
OBÉISSANCE
  • A. Obéissance à l'autorité.
  • B. Obéissance à Dieu.
A. OBÉISSANCE À L'AUTORITÉ

1. Qu'est-ce que l'obéissance? Dans un sens précis, obéir c’est accepter et accomplir la volonté d'une autorité. L'obéissance est le fait ou l'habitude de se comporter ainsi. Dans un sens plus large, on peut se appeler obéissance l'acte d'accomplir les désirs de l'autre, bien qu'elle ne soit pas une autorité. Dans n'importe quel cas, l'obéissance est liée au fait de vivre dans une société.

2. Obéit seulement celui qui vit dans une société? Un homme isolé, seul, doit obéir à Dieu et aux lois que le Seigneur a disposées dans la nature humaine. En revanche, celui qui vit dans une société doit exercer cette vertu aussi dans la relation avec les autres.

3. La solitude ou la société est-elle meilleure pour l'homme? "Il ne convient pas que l'homme soit seul" l'autosuffisance, si liée à l'orgueil nous va mal. L'homme est un être social qui se développe plus facilement et rapidement avec la collaboration d'autres hommes (l’Internet même est un exemple). D'autre part, nous avons aussi besoin des moments de solitude, entre d'autres choses pour prier. Prier c’est chercher la compagnie de Dieu.

4. Types d'obéissance. Nous distinguons trois:

  • Obéissance à l'autorité. C'est l'obéissance dans son sens le plus précis, et elle est nécessaire pour la bonne marche de n'importe quelle société. Par exemple, il est impossible qu'une équipe gagne si personne n'obéit à l'entraîneur et tous jouent en avant.
  • Obéissance aux autres. Faire la volonté de l'autre est indispensable pour être en relation. Celui qui ne cède jamais dans ses goûts est un tyran qui ne sait pas vivre avec les autres.
  • Obéissance de l'autorité. Les sujets ont à obéir aux gouvernants et non à l'envers, mais ceux qui dirigent ne peuvent non plus suivre leurs goûts, mais ils doivent rechercher le bien commun, en accomplissant les lois de Dieu et de la société. Seul sera bon gouvernant celui qui sait obéir, en dominant ses caprices.
5. Et si moi j’ai raison? Quelques cas peuvent se présenter:
  • Cette propre opinion semble la meilleure mais cela n’est pas le cas, du fait d’une erreur personnelle ou parce que l'autorité a plus de données.
  • Cette meilleure opinion pour l’un est pire pour les autres et l'autorité doit chercher le bien de tous.
  • Cette opinion est la meilleure pour tous et l'autorité se trompe.
6. Dans ce dernier cas, faut-il obéir? Il y a aussi plusieurs possibilités:
  • Si l’affaire est de peu d'importance - c'est ce qui est normal - on obéit et avec promptitude: on perd le bien de ce qui est juste, mais on gagne le bien de la paix et de l'exercice de l'obéissance.
  • Si l’affaire est importante, on essaie d’expliquer en parlant à l'autorité ou à ses supérieurs. Toujours en cherchant le bien, non par orgueil.
7. Faut-il toujours obéir? C'est ce qui est normal, ce qui est plus simple et ce qui est prévu par le Seigneur après avoir créé l'homme comme un être social. Cependant, il peut arriver qu’une autorité ordonne des actions opposées à la loi de Dieu. Dans ce cas "il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes", mais sans manquer au respect dû à l'autorité, comme le Seigneur le désire aussi.

8. L'obéissance convient-elle au bien de l'homme? Comme n’importe quelle vertu, l'obéissance améliore l'homme. Dans ce cas, elle lui facilite la vie en société, freine l'orgueil, dispose à accomplir la Volonté de Dieu, et exerce à l'amour.

9. L'obéissance est-elle un exercice de l'amour? L'obéissance se rattache à l'amour en tant qu’elle contribue au bien commun et aimer c’est désirer le bien à quelqu'un; ici, le bien de la famille, de l'entreprise, l'équipe, etc. On peut obéir par peur, mais la meilleure obéissance se tend à obtenir un bien et ainsi elle est unie à l'amour.

10. L'obéissance diminue-t-elle la personnalité ou la liberté? Non, non. Seules les personnes avec une forte volonté et beaucoup de talents savent faire abstraction des propres opinions pour le bien commun que l'autorité représente. La décision d'obéir est une preuve de liberté intelligente. De fait, l'homme le plus parfait a été obéissant jusqu'à la mort et à la mort sur une Croix; dans ce cas obéissant à Dieu le Père.

B. L'OBÉISSANCE À DIEU

1. Convient-il obéir à Dieu? Dieu notre Seigneur est infiniment sage, et infini est aussi son amour envers les hommes. En conséquence, ce qu’il veut pour nous est le meilleur et sait parfaitement ce qui nous convient. C’est pourquoi l'obéissance à Dieu est une preuve de sagesse et un chemin sûr de bonheur; bien que parfois les désirs divins ne coïncident pas avec nos goûts.

2. Pourquoi la Volonté de Dieu ne coïncide-t-elle pas avec les désirs humains? Parfois les hommes, nous désirons ce qui nous convient, en se conformant alors à la Volonté divine. Mais d'autres fois nous ne trouvons pas de façon juste la meilleure chose parce que nos données et notre intelligence sont limitées et parce que nous avons une inclination au mal, conséquence du péché originel.

3. Comment connaître la Volonté de Dieu? Pour découvrir ce que Dieu veut de nous, il y a quatre chemins principaux:

  • Étudier la nature humaine. - Notre manière d'être enferme en elle-même beaucoup de désirs du Créateur pour l'homme (loi naturelle). Cependant, en observant la nature humaine, il convient de rappeler que notre inclination au mal n'est pas naturelle mais conséquence du péché.
  • Connaître la doctrine chrétienne. - l'enseignement du Christ contient beaucoup de désirs divins que le Seigneur a voulu nous manifester.
  • La prière. - Après avoir élevé notre pensée à Dieu parfois, on ressent des idées ou des désirs d'améliorer un aspect de notre vie. Il peut s'agir d'une pensée propre, mais aussi cela peut être un désir de Dieu pour nous.
  • Les orientations d'autres personnes. - des hommes sont en relation entre eux et échangent des opinions et des conseils. Parfois elles sont une simple expérience humaine, mais d'autres fois le Seigneur se sert de quelque chose de si naturel pour nous montrer ses désirs. Également, d'une manière naturelle l'homme doit obéir à l'autorité, et dans les ordres de celle-ci, on trouve beaucoup de plans divins. Il plaît au Créateur d’employer des moyens naturels.
4. L'autorité procède-t-elle du Dieu? Dieu a créé l'homme comme être social et partant, soumis à une autorité qui tend vers la recherche du bien commun. Ces désirs divins sont reflétés dans le quatrième commandement qui ordonne d'honorer, de respecter et d'obéir aux parents et aux autorités en général.

5. Comment une autorité méchante peut-elle procéder de Dieu? Ce qui vient du Dieu c'est la société et l'autorité; mais si celle-ci s'exerce mal c'est un problème du gouvernant qui utilise mal sa liberté. Sur comment Dieu permet le mal, voir le thème mal.

id

Publicité:
(Google choisit les annonces. Vous pouvez les visiter ou peut-être continuer dans ideesrapides.org)