id Les péchés: quelques idées rapides sur les péchés. Caractéristiques d'une offense. Types d'offense. Gravité des péchés. Conséquences des péchés.
peccati pecados
LES PÉCHÉS
  • A. Que signifient les péchés?
  • B. Les offenses.
  • C. Les offenses à Dieu.
  • D. Conséquences des péchés.
A. QUE SIGNIFIENT LES PÉCHÉS?
1. Quand une action est-elle mauvaise? Il y a diverses manières de répondre à la même question. Une action est mauvaise quand: elle est contraire à la volonté de Dieu, elle s'oppose au vrai bien de l'homme, elle entre en conflit avec les lois propres à la nature humaine (loi naturelle).

2. Ces trois aspects sont-ils la même chose? Ils se rencontrent: le Créateur désire le vrai bien des hommes, et Il nous a créés avec une manière d’être qui se perfectionne en accomplissant ses lois. Enfreindre cette Volonté revient à aller contre notre nature et à nous faire du tort. On appelle péchés ces actions mauvaises.

3. Comment savoir si une action concrète est bonne? En plus de la réflexion sincère, il convient de demander à un bon chrétien qui connaît ces choses; et consulter des encycliques et d'autres documents des Papes, par exemple, le Catéchisme de l'Église Catholique.

4. Alors, qu'est-ce que le péché? C'est un acte volontaire opposé à la loi de Dieu (il peut être interne, externe et même une omission). C'est un préjudice pour l'homme et une offense à Dieu.

B. LES OFFENSES

1. Définition et types.- Une offense est un dommage à l'honneur ou la dignité d'une personne. Les offenses peuvent être de plusieurs sortes:
a) Selon la manière de les faire:
        . actives: moqueries, mépris, insultes...: attaques directes à la dignité de quelqu'un.
        . passives: oublis, indifférence, laisser-aller...: cesser de prêter l'attention et l'honneur dûs.
b) Selon ceux envers qui elles sont dirigées:
        . directes: elles vont contre la personne elle-même.
        . indirectes: elles causent du tort aux êtres aimés par cette personne: enfants, famille, amis, propriétés.

2. Caractéristiques d'une offense.

  • Il n'est pas nécessaire que l'offensé souffre. L’offense peut être faite dans son dos. Par exemple, la moquerie d’une photo ou d’une image de quelqu'un est une offense - que les assistants reconnaissent-, bien que l'intéressé ne le sache jamais.
  • Il y a offense seulement s'il y a une injustice. Il y a des personnes qui se sentent vexées par une inattention la plus minime; ces cas ne sont pas des offenses réelles mais un réel orgueil. Pour que ce soit une offense, il doit s’agir de quelque chose d'injuste.
  • Le pardon d'une offense exige de soi une réparation. L'offensé peut pardonner sans plus, mais la justice requiert une réparation qui restaure le dommage causé. C’est pourquoi celui qui offense ne consent pas à demander des excuses à quelqu'un, mais il se sent débiteur et désire compenser d'une manière son action.
C. LES OFFENSES À DIEU

1. Types d'offenses au Dieu.

  • Directes: elles correspondent aux trois premiers commandements. Elles attaquent de front la dignité de Dieu, de manière soit active comme les blasphèmes, soit passive comme l'abandon du culte.
  • Indirectes: elles correspondent aux sept autres commandements. Ici on maltraite - activement ou passivement - ceux que Dieu aime: les hommes, y compris le pécheur lui-même. Par exemple, celui qui se drogue ou s’enivre se fait du tort à lui-même et c'est pourquoi il offense Dieu parce qu'il traite mal, celui que le Seigneur aime beaucoup; et d’un amour tel qu'il est mort pour lui sur la Croix.
2. Gravité des offenses.- L’offense sera plus grande si elle est réalisée devant l'intéressé, si celui-ci nous aime beaucoup, et si la dignité foulée au pied est grande. Les offenses à Dieu réunissent ces caractéristiques qui augmentent la gravité. En particulier, la dignité maltraitée est très grande:
  • On méprise un amour et un bien infinis, en les substituant par des biens créés.
  • Les grands dons tels que la filiation divine et l’inhabitation du Saint-Esprit sont méprisés.
  • On cause du tort à l'image de Dieu qu’est l'homme.
  • On ajoute une charge à la Croix de Christ, qui a pris sur Lui nos péchés. La gravité des péchés est mieux saisie si nous nous rappelons comment la réparation a été faite: le fils de Dieu est devenu homme et est mort sur la Croix.
3. N'est-il pas étrange que Dieu demeure offensé? Dieu ne reste pas offensé. Les péchés sont des offenses à Dieu mais ne l'affectent pas et Il ne demeure pas offensé. (Pour qu'il y ait offense, il n’est pas nécessaire que l'offensé souffre). De toute façon, on peut dire que les péchés affectent aussi Dieu, puisqu'ils pèsent sur la Croix du Christ, vrai Dieu.

D. CONSÉQUENCES DES PÉCHÉS

1. Qu'est-ce qui arrive après avoir péché? N'importe quelle décision de la volonté affecte la propre volonté en la laissant inclinée à ce bien ou ce mal qu'elle a voulu. Nos actions nous rendent meilleurs ou pires: celui qui travaille devient travailleur, celui qui vole devient voleur. L'homme parvient à la sainteté à force de réaliser des bonnes actions, alors que "celui qui pèche devient esclave du péché". C'est la conséquence naturelle d'une action humaine: elle nous affecte par le bien ou par le mal. Ce n’est pas la même chose de choisir le bien ou le mal. Les péchés rabaissent la dignité humaine.

2. De plus le péché est une offense à Dieu et cela est si sérieux qu'il fait faire rougir les anges et la création tout entière. Les conséquences sont grandes, bien que différentes selon la gravité du péché. Si c'est une faute légère -vénielle- l'amour de Dieu est refroidi mais il se conserve. En revanche, une grave offense - mortelle - produit une rupture avec le Seigneur qui cesse d'inhabiter dans notre âme; on perd la grâce sanctifiante qui nous divinise et fait de nous des enfants de Dieu.

3. La justice requiert-t-elle un châtiment? Face aux offenses, la justice exige une réparation, dans cette vie ou dans l'autre. Cela est obtenu par les œuvres qui plaisent à Dieu et au moyen de la mortification. Bien entendu, le Seigneur n'a pas besoin de cela. C’est nous qui avons besoin de réparer la situation de notre âme en état de péché.

4. Pourquoi les souffrances réparent-elles les offenses commises? Dans tout péché il y a une double méchanceté:

  • L'homme s'écarte de Dieu.- Et cela est réparé par les œuvres qui plaisent au Seigneur; par exemple, des actions apostoliques, l'offrande du travail, des efforts, etc.
  • L'homme suit ses goûts.- Et cela se corrige en mortifiant les propres appétits au moyen des contrariétés.
  • De plus, le chemin de la réparation est resté tracé par notre Seigneur Jésus-Christ qui est mort sur la Croix pour racheter nos péchés.
Le sacrement de la confession répare les deux choses à la fois: il unit de nouveau à Dieu et réordonne l'inclination mauvaise dans les appétits. Sur la nécessité de se confesser, veuillez consulter: la confession.
id

Publicité:
(Google choisit les annonces. Vous pouvez les visiter ou peut-être continuer dans ideesrapides.org)